« Les bouchers demandent la protection de la police contre les vegans »

Aktualisiert: 15. Dez 2018

Si vous êtes intéressé dans les conséquences de notre manière de consommer les produits provenant des animaux, je vous invite à prendre contact avec nous ou avec une association / personne / scientifiques (voir aussi les arguments des scientifiques du WRI au COP 24, qui recommandent fortement une alimentation basée surtout sur des fruits et légumes) afin d’éclairer sur les problèmes très importants pour notre planète à cause de notre consommation – des informations basées sur des effets réels et non émotionnels.

J’ai le fort sentiment que beaucoup de gens d’un côté ne sont pas suffisamment informés et de l’autre côté ont tendance à avancer les mêmes arguments contre les vegans, les stigmatisant : « sectes ». « terroristes », « mode » etc., sans réflexion et / ou sans être bien informés.

Les bouchers demandent d’être protégés par la police. Effectivement c’est très regrettable que quelques personnes ne voient pas d’autre possibilité que d'utiliser des actes violents pour attirer l’attention du public et des médias sur la souffrance des animaux, des gens et de la planète.

Et qui protège les 60 – 147 milliards animaux tués chaque année ? Qui protège les gens, hommes, femmes et enfants exclus de leur propre terrain ? Ou qui se font voler de l’eau pour se retrouver sans aucun moyen pour nourrir leur famille ? Qui protège les enfants vendus et exploités pour récolter du cacao, du caoutchouc, des minéraux et métaux, ...... ou ces pauvres gens sur des chalutiers, qui vident les mers pour l’industrie des poissons? Aujourd’hui nous n’avons plus d’excuses de ne pas regarder les conséquences mondiales de notre manière de vivre.


Le but de l’engagement de notre Association est d’informer les gens sur les conséquences de la consommation de la viande, des produits laitiers, des œufs et poissons/fruits de mer et leurs alternatives pour qu’ils aient accès à une vraie connaissance à la place de rester dans la peur ou l’incertitude afin d’être en mesure de prendre leur décision aux sérieux : comment et quoi consommer, qui et quoi financer ? etc

« Tout le monde a le droit de manger ce qu’il veut ». Non, on n’a pas le droit. Personne n’a le droit de manger sa « belle-mère » ou du « bush-meat » et certaines espèces protégées pour différentes raisons : le droit des hommes, l’éthique, notre culture et religion, le respect face à une vie .... et ces gens qui perdent tout à cause de notre « liberté de manger ce qu’on veut » alors qu’eux n’ont certainement pas le « droit » de manger ce qu’ils veulent – ils n’ont même rien à manger – aussi, pas seulement mais aussi, la liberté que nous nous octroyons sans leur demander quoi que ce soit, fait que nous rendons la leur impossible !


Ce qui est aussi triste, c’est que les personnes, qui s’engagent pour la protection du climat, des animaux et de la nature, se font agressées et assez souvent d’une manière intolérable, non respectueuse et désagréable alors qu’ elles ne veulent que «sauver la planète», l’avenir des futures générations, la nature. D’ailleurs ceux qui consomment sans modération et au dépend des autres, de la planète ou ceux qui cherchent à augmenter leur richesse à n’importe quel prix ne se font pas agressés.

Nous entrons très souvent dans une polémique utilisant des mots « terroristes », « sectes » (malheureusement encore relayés par les médias) à la place de chercher à comprendre et de chercher à trouver les bonnes solutions ensemble, comment préserver ce qu’il reste de notre planète et de la nature ? Un peuple et des citoyens qui forment une « civilisation » devraient être capables d’arrêter l’exploitation sans limites et les cruautés envers l’animal, la nature et autres peuples. Il est même difficile de reconnaître la civilisation parmi les barbaries en regardant ce qu’il se passe tous les jours et ce qu’on qualifie de « normal ».

Mais, j’avoue – moi-même – convaincue depuis des dizaines d’années, qu’il faut consommer et agir avec respect envers les animaux et la nature, n’ose même pas de trop me lancer dans la discussion car – même motivée par une motivation positive – je risque de me faire agresser par une polémique qui nous amène d’ailleurs nulle part. Aujourd’hui il y a des solutions mais – il faut les VOULOIR.

Et pour finir je ne veux pas manquer de vous faire savoir, chère lectrice, cher lecteur, que ces gens, qui s’engagent pour une consommation modérée, respectueuse et qui prennent leurs responsabilités, se rendent compte, que chaque changement « coûte » quelque chose – surtout de la volonté et de l’énergie mais aussi du temps pour s’informer, changer ses habitudes et éventuellement pour trouver ce qu’on cherche. N’oublions pas qu’en même temps il y a un grand potentiel de découvrir de nouvelles belles choses, que nous allons aimer. L’introduction des smartphones sur le marché, nous a aussi demandé de l’énergie, du temps, de l’argent, de la liberté, la perte de confidentialité des données personnelles, pareil pour Facebook, la nouvelle génération des télés, des téléchargements en ligne pour la musique et les films, des nouveautés qui ont coûté quelque chose mais (presque) personne a parlé de sectes, de terroristes, ..... personne ne s’est opposé en conséquence pour lutter contre cette évolution. Alors pourquoi ne pas s’investir pour sauver le climat et la planète, l’avenir des futures générations ?

J’en profite aussi pour vous présenter quelques chiffres, on parle de : 60 – 147 milliards animaux tués par an pour la nourriture, 15.500 litres d’eau propre pour un kilo de bœuf, 29-47 mètres carrés, 20 kg de nourriture pour un kilo de bœuf, émissions fortes de méthane, de CO2, acidité des sols à cause de volumes de fumiers devenus ingérables, destruction de la forêt d’Amazonie, violences envers les Orang Outans et gorilles, pollution de la nappe phréatique, abus des antibiotiques et hormones, maladies chez les gens, expulsion et famine des gens, achat et vol de terrain pour la production des céréales et du soja comme nourriture pour « la viande », carnage des poissons, .... la liste n’est pas finie et les conséquences sont bien connues.

Notre culture et notre civilisation ont toujours besoin d’évoluer – il ne faut plus raisonner en croissance mais faire preuve de bon sens. Pas besoin d’avoir peur de changer mais - si on ne change rien, là il faut avoir peur !

Suivons l’agenda 2030 en respectant la nature qui est indispensable et irremplaçable. Cherchons tous ensemble à être bien informé et prendre nos décisions avec conscience et responsabilité plutôt que jouer avec des émotions et paroles.

https://dms.licdn.com/playback/C5605AQHlg51qdXpCGg/cc6c4af3adcf426ba57c6d77710ad0d3/feedshare-mp4_3300-captions-thumbnails/1507940147251-drlcss?e=1544004000&v=beta&t=wFO-Ul-vQ6BVXd3Zo__BlPlgaApssEicKEfuW_1yiS4

voir aussi : World ressources institute WRI – Meat consumption au COP24 :

https://www.noen.at/in-ausland/konferenz-cop24-raet-wegen-klimawandel-zur-weniger-fleischkonsum-gipfel-klimaerwaermung-polen-umweltpolitik-127467529#

https://www.youtube.com/watch?v=NH0QIsLAMro Minutes 12:37 – 14:28, en allemand et anglais (Craig Hanson, WRI)



Aktuelle Beiträge

Alle ansehen

Mettons la fin aux produits laitiers - ENFIN !!!

https://www.l214.com/enquetes/2019/transport/veaux-nourrissons?utm_source=Association+L214&utm_campaign=4d810b81a7-EMAIL_CAMPAIGN_2019_05_02_10_23&utm_medium=email&utm_term=0_2859894380-4d810b81a7-197